Président de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, Claude Evin s’est prononcé en faveur de l’interdiction de vapoter dans tous les lieux accueillant du public, y compris le lieu de travail.

« C’est une question de cohérence du message, explique-t-il au Monde.fr. Si vous arrêtez de fumer du goudron, ce n’est pas pour vous retrouver à côté de quelqu’un qui ‘tire’ sur sa cigarette électronique. Il ne faut pas l’autoriser dans les lieux accueillant du public. »

L’ancien Ministre rappelle au passage que la question de la nocivité ou de l’innocuité de l' »e-cigarette » est encore soumise à débat. Cependant, il tempère ses propos en ajoutant que « Si l’absence de nocivité est prouvée scientifiquement et que les études montrent que la cigarette électronique réduit l’addiction au tabac, il faut en faire la promotion »

Porte-parole du gouvernement de 1988 et 1989, Claude Evin a été successivement ministre délégué chargé de la Protection sociale en mai 1988, chargé de la Santé et de la Protection sociale à partir de juin, puis ministre de la Solidarité, de la Santé et de la Protection sociale entre 1988 et 1990, et ministre de la Solidarité, de la Santé et de la Protection sociale. Il a mis en place les premières actions de lutte contre le tabagisme et la publicité pour l’alcool, à travers la « Loi Évin » qui interdit l’affichage de publicité pour l’alcool et le tabac en 1991, la vente de ces produits aux moins de 16 ans ainsi que le fait de fumer dans la plupart des lieux publics.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here